Tu dis… (Karel Logist)

Tu dis
Il a besoin d’être aimé et tu l’aimes
... Tu le sais dans tes os
tes glaires et tes glances
(Un animal secret hante l’envers des larmes
qui te sert de regard
Il déchire les draps dans lesquels vous dormiez
et mange leurs entrailles
Il boit aux mots d’amour altérés de mensonges
qui ne t’appartiennent plus
depuis qu’ils te possèdent)
Tu dis
on ne meurt pas d’amour
on meurt d’aimer


Karel Logist, Une quarantaine, L’Arbre à paroles, 1997