Il faudra bien qu’un jour Tu m’accueilles (Marie-Pascale Jégou)

Il faudra bien qu’un jour Tu m’accueilles.
Les jarres de vin sont pleines, ventre luisant de feu.
La noce est prête.

Les murs de nos vies étaient-ils mitoyens (Marie-Pascale Jégou)

Les murs de nos vies étaient-ils mitoyens que je T’aie reconnu si vite ?