Avoir bu les étoiles (Adrien Mithouard)

Le ciel était de nuit, d’astres et de silence.

Au fleuve alors, où l’onde agitait la semblance
Des paysages et des univers en jeu,
Je puisai l’eau frigide où frissonnait du feu :