Le poème de la quinzaine / fin janvier 2018

Le moderne :

Xavier Grall, Solo

Seigneur Dieu
à mes frères et amis
aux femmes que j’ai aimées
à tous ceux que mon cœur à croisés
avant que d’entrer dans les ténèbres
lire la suite du poème...

L’ancien :

Alfred de Vigny, Moïse

Le soleil prolongeait sur la cime des tentes
Ces obliques rayons, ces flammes éclatantes,
Ces larges traces d’or qu’il laisse dans les airs,
Lorsqu’en un lit de sable il se couche aux déserts.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Cécile Périn, Je ne veux rien de plus...

Je ne veux rien de plus que reposer mes mains
Sur ton front preste et beau, sur tes lèvres chéries,
Rien de plus que songer : l’heure est douce... et demain
Peut-être sera lourd de lutte et de chagrin.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / début janvier 2018

Le moderne :

Aimé Césaire, Voici au bout de ce petit matin

Et voici au bout de ce petit matin ma prière virile
que je n’entende ni les rires ni les cris, les yeux fixés
sur cette ville que je prophétise, belle,
lire la suite du poème...

L’ancien :

Paul Claudel, Ténèbres

Je suis ici, l’autre est ailleurs, et le silence est terrible :
Nous sommes des malheureux et Satan nous vanne dans son crible.
Je souffre, et l’autre souffre, et il n’y a point de chemin
Entre elle et moi, de l’autre à moi point de parole ni de main.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Damoclès Vieux, L’ombre

L’ombre calme du soir entre dans ton salon :
N’allume pas encor ta lampe familière.
Dans tes yeux imprégnés de ton amour profond,
L’adieu divin du jour laisse un peu de lumière
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / fin décembre 2017

Le moderne :

Lydie Dattas, La beauté est partout

Chaque jour que je vis est le plus beau de tous :
la beauté est partout où mon regard se pose
depuis que j’ai donné mon cœur à la beauté.
Mon âme dans la nuit mettait son espérance
lire la suite du poème...

L’ancien :

Émile Verhaeren, Chanson de fou

Je les ai vus, je les ai vus,
Ils passaient, par les sentes,
Avec leurs yeux, comme des fentes,
Et leurs barbes, comme du chanvre.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Lazare de Selve, Sur l’Évangile du jugement

Quand je pense, Seigneur, à cette fin du monde,
À ces astres tombant du haut du firmament,
À ces flambeaux du ciel éclipsés promptement
Et à ce feu brûlant l’air, et la terre et l’onde.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / début décembre 2017

Le moderne :

Julie Delaloye, Élection

Et sentir dans le soir qui monte, la fraîcheur d’une nuit d'été,
attendre, ne rien faire,

assis sur un banc ou sur l’escalier en pierre,
le regard par-delà la barrière en bois brisée,

être là, être juste là,
devant ce chalet, paradis jaune de nos souvenirs.

Être là, avec toi,
et apprendre à ne plus oublier.

Source

L’ancien :

Paul Valéry, Au platane

Tu penches, grand Platane, et te proposes nu,
        Blanc comme un jeune Scythe,
Mais ta candeur est prise, et ton pied retenu
        Par la force du site.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Francis Vielé-Griffin, J’étais jeune

J’ai couru d’abord ; j’étais jeune ;
Et puis je me suis assis :
Le jour était doux et les meules
Étaient tièdes, et ta lèvre aussi ;

J’ai marché, j’étais grave,
Au pas léger de l’amour ;
Qu’en dirai-je que tous ne savent ?
J’ai marché le long du jour ;

Et puis, au sortir de la sente,
Ce fut une ombre, soudain :
J’ai ri de ton épouvante ;
Mais la nuit m’entoure et m’étreint.

Le poème de la quinzaine / fin novembre 2017

Le moderne :

Claude Esteban, Les ronces m’ont déchiré

Les ronces m’ont déchiré, le gel
a crevassé mon âme
et j’ai dit que cette lande était maudite,
mauvaise et sans espoir
lire la suite du poème...

L’ancien :

Pierre Corneille, Que la vérité parle au dedans du cœur sans aucun bruit de paroles

Parle, parle, Seigneur, ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis ;
Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route
Et les jours et les nuits.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Delphine de Girardin, Désespoir

Déjà mon cœur me quitte, et la mort me réclame,
Et je ne la crains pas : pourquoi me secourir ?
Vers le Ciel qui l’attend laisse voler mon âme.
Oh ! ma sœur, laisse-moi mourir !
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / début novembre 2017

Le moderne :

Marcelin Pleynet, Provisoires amants de nègres

Ici les rivières n’ont plus de nom – Le pays cherche encore sa lumière – Nous sommes sans nouvelles de nos ancêtres
Nous nous sommes arrêtés ici – Sans nous connaître nous nous rassemblons – nous échangeons nos souvenirs de guerre – nos plaies ne sont pas les mêmes elles se cicatrisent – nous ne sommes pas seuls
Nous sommes dans un pays gelé
lire la suite du poème...

L’ancien :

Pierre de Marbeuf, La mer et l’amour

Et la mer et l’amour ont l’amer pour partage,
Et la mer est amère et l’amour est amer,
L’on s’abîme en amour aussi bien qu’en la mer,
Car la mer et l’amour ne sont point sans orage.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Lucie Delarue-Mardrus, Ainsi soit-il

Je souris maintenant à mon rêve exaucé,
À cette destinée imprévue et fatale
Qui ramène de loin vers la côte natale
Mon cœur qui s’y était, malgré tout, fiancé.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / fin octobre 2017

Le moderne :

Edith Henry, Ils ont pris l’amour de ma vie

Donnez-moi un cheval, la montagne est rude,
monte et descend le chemin jusqu’à ses larmes.
Donnez-moi les rênes pour la rejoindre,
la neige efface déjà ses pas
lire la suite du poème...

L’ancien :

Théodore Agrippa d’Aubigné, Les lys me semblent noirs

Les lys me semblent noirs, le miel aigre à outrance,
Les roses sentir mal, les œillets sans couleur,
Les myrtes, les lauriers ont perdu leur verdeur,
Le dormir m’est fâcheux et long en votre absence.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Jean Cassou, Sonnet VIII

Il n’y avait que des troncs déchirés,
que couronnaient des vols de corbeaux ivres,
et le château était couleur de givre,
ce soir de fer où je m’y présentai.
lire la suite du poème...