Le poème de la quinzaine / fin juin 2016

Le moderne :

André Laude, Si j’écris

si j’écris c’est pour que ma voix vous parvienne
voix de chaux et sang voix d’ailes et de fureurs
gouttes de soleil ou d’ombre dans laquelle palpitent nos sentiments
si j’écris c’est pour que ma voix vous arrache
au grabat des solitaires, au cauchemar des murs
lire la suite du poème...

L’ancien :

François de Malherbe, Consolation à M. du Périer

Ta douleur, du Périer, sera donc éternelle ?
Et les tristes discours
Que te met en l’esprit l’amitié paternelle
L’augmenteront toujours ?
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Amélie Murat, Pour l’amour éternel

Vos yeux où réfléchir mes larmes bienheureuses,
Vos bras en qui mes plus beaux rêves sont bercés,
Ce bonheur suffisant à d’autres amoureuses,
S’il est pour moi beaucoup, n’est pas encore assez.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / début juin 2016

Le moderne :

Marina Poydenot, Allégeance au ciel

J'aurais voulu être noire
gitane
et juive.
Je suis née pâle,
française à l'épaule mince,
à la mauvaise conscience.
lire la suite du poème...

L’ancien :

Joachim du Bellay, Où est maintenant ce mépris de Fortune ?

Las, où est maintenant ce mépris de Fortune ?
Où est ce cœur vainqueur de toute adversité,
Cet honnête désir de l’immortalité,
Et cette honnête flamme au peuple non commune ?
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Charles Van Lerberghe, Premières paroles d’Ève

C’est le premier matin du monde.
Comme une fleur confuse exhalée de la nuit,
Au souffle nouveau qui se lève des ondes,
Un jardin bleu s’épanouit.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / fin mai 2016

Le moderne :

Anne Fontaine, La pie

Ce soir, je n’ai pas vu la lune.
Je l’ai cherchée derrière le mur
Et sous les feuilles mortes.
J’ai retourné les poches des passants
lire la suite du poème...

L’ancien :

André Gide, Je t’enseignerai la ferveur

Nathanaël, je t’enseignerai la ferveur.
Nos actes s’attachent à nous comme sa lueur au phosphore. Ils nous consument, il est vrai, mais ils nous font notre splendeur.
Et si notre âme a valu quelque chose, c’est qu’elle a brûlé plus ardemment que quelques autres.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Henry-Jacques, Les martyrs

Vous qui dîtes : « Mourir, c'est le sort le plus beau »,
Et qui, sans le connaître, exaltez le tombeau,
Venez voir de plus près, dans ses affres, fidèle,
Cette mort du soldat qui vous semble si belle.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / début mai 2016

Le moderne :

Jean-Philippe Salabreuil, Soleil d’esprit

Alleluia ! Tu laboures de tes os le poudreux champ de la mort. Tu sèmes la semence d’un pourrissant visage tant aimé. Qui es-tu aujourd’hui qu’il n’est plus de regards ? Nul ne piétine les gazons de la berge obscure. Et nul ne vient vers toi la main tendue.
lire la suite du poème...

L’ancien :

Tristan L’Hermite, La plainte écrite de sang

Inhumaine beauté dont l’humeur insolente
En méprisant mes vœux se rit de ma langueur,
Je veux convaincre ici ton ingrate rigueur
Par les vifs arguments d'une raison sanglante.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Eugénie Casanova, La petite mendiante

Et quand j’ai bien chanté, chanté sans perdre haleine,
On me frappe là-bas, si je n’apporte rien...
Je n’ai jamais connu que le poids de la chaîne,
Et jamais une voix n’a dit : Enfant, c’est bien !
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / fin avril 2016

Le moderne :

Ile Eniger, à S. & C.

On marche. On marche un monde multiple sur une planète plus grande que les buts. On marche dans un univers plus immense que les pensées. Au foin des errances, on espère l’allumette qui embrasera, qui révélera la puissance de la moisson.
lire la suite du poème...

L’ancien :

René Guy Cadou, La nuit

La nuit ! La nuit surtout je ne rêve pas je vois
J’entends je marche au bord du trou
J’entends gronder
Ce sont les pierres qui se détachent des années
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Charles Van Lerberghe, Je l’ai tué

Je l’ai tué, je l’ai tué !
Il tombe.
Écoute. Une voix dans le soir a crié
Sur la mer sombre : Tu l’as tué !
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / début avril 2016

Le moderne :

Jean Grosjean, Élégie

Mieux vaudrait ta rancune que ton silence si tu me laisses à ce semblant de vie qu’allument, le soir, les hommes au bord des routes.
Que j’ai souffert des étoiles moqueuses quand jamais aube avec ses regards verts n’allait rien voir de toi dans les buissons !
Longtemps ton nom n’a été qu’un murmure de brise qui rôde à travers les feuillages mais mon cœur n’écoutait rien d’autre.
lire la suite du poème...

L’ancien :

Louis Aragon, Les yeux d’Elsa

Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
J’ai vu tous les soleils y venir se mirer
S’y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Renée Vivien, Je pleure sur toi…

Le soir s’est refermé, telle une sombre porte,
Sur mes ravissements, sur mes élans d’hier…
Je t’évoque, ô splendide ! ô fille de la mer !
Et je viens te pleurer, comme on pleure une morte.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / fin mars 2016

Le moderne :

Thierry Cabot, Elle

Rien ne l’empêchera, toute espérance morte,
De rêver comme hier aux splendeurs de sa porte.
Chaque matin semblable aura voulu toujours
Du même et beau visage orner cent tristes jours.
lire la suite du poème...

L’ancien :

Robert Desnos, À la faveur de la nuit

Se glisser dans ton ombre à la faveur de la nuit.
Suivre tes pas, ton ombre à la fenêtre.
Cette ombre à la fenêtre c’est toi, ce n’est pas une autre, c’est toi.
N’ouvre pas cette fenêtre derrière les rideaux de laquelle tu bouges.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Claude Hopil, Cantique XXX

Du rien je m'achemine aux pieds de Jésus-Christ,
Des pieds à son côté où je reçois l'esprit
Qui fait parvenir l'homme à la divine bouche ;
On jouit en ce lieu d'une si grande paix
lire la suite du poème...