Le poème de la quinzaine / fin octobre 2018

Le moderne :

André Laude, Nous n’habitons nulle part

Nous n’habitons nulle part nous ne brisons de nos mains
rouges de ressentiment que des squelettes de vent
nous tournoyons dans un désert d’images diffusées par les
invisibles ingénieurs du monde de la séparation permanente
lire la suite du poème...

L’ancien :

Anna de Noailles, Astres qui regardez

Astres qui regardez les mondes où nous sommes,
Pure armée au repos dans la hauteur des cieux,
Campement éternel, léger, silencieux,
Que pensez-vous de voir s’anéantir les hommes?
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Daniel Bernard, La fiancée

Toi qui troubles la paix des nonchalantes eaux,
La paix des eaux d’argent, la paix des eaux glacées ;
Toi dont la barque joue avec les gais ruisseaux
Dans le frémissement des rames balancées
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / début octobre 2018

Le moderne :

Jean-Pierre Siméon, Nous ne vieillirons pas

Nous ne vieillirons pas
mon ami
je le jure
si nous faisons du temps
le jardin de nos rives
lire la suite du poème...

L’ancien :

Joachim du Bellay, Si nostre vie est moins qu’une journée...

Si nostre vie est moins qu’une journée
En l’eternel, si l’an qui faict le tour
Chasse nos jours sans espoir de retour,
Si périssable est toute chose née
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Louise de Vilmorin, Le faux dormeur

Bouquets épanouis aux revers des vainqueurs
Feuillages de minuit, fleurs de l’heure dernière
Blanchissez, pâlissez et tombez en prière
L’enfant de mes soucis, mon petit Roi de cœur,
Dort en tenant au poing le hochet de ma peur.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / septembre 2018

Le moderne :

Jean Grosjean, La gloire

Regarde passer
les heures, les heures.

L’une porte un sabre
l’autre un verre d’eau
aucune le verdict.

Noirs contre le ciel
du soir reviennent
des champs les bœufs.

Un soleil de rebut
roule entre leurs sabots.

L’ancien :

Pierre Reverdy, Encore marcher

S’il se soulève quand je passerai près de lui ; s’il pleure quand viendra la nuit, s’il ne crie pas ? J’aurai cru le voir et ce sera fini.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Rémy Belleau, Embrasse-moi

Embrasse-moi, mon cœur, baise-moi, je t’en prie,
Presse-moi, serre-moi ! À ce coup je me meurs !
Mais ne me laisse pas en ces douces chaleurs :
Car c’est à cette fois que je te perds, ma vie.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / août 2018

Le moderne :

Louise Assenbaum, Un cœur qui bat

Dans la maison, on entendrait presque le silence, sans le crépitement du feu et le clapotis de la pluie qui tombe sans relâche sur le sol sec, craquelé, privé d’eau depuis longtemps. Le vent souffle sous les tuiles du toit.
lire la suite du poème...

L’ancien :

Paul Éluard, Pour vivre ici

Je fis un feu, l’azur m’ayant abandonné,
Un feu pour être son ami,
Un feu pour m’introduire dans la nuit d’hiver,
Un feu pour vivre mieux.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Claude Hopil, Stances chrétiennes

Superbes qui pensez, en dédaignant la mort,
Trouver dessus la terre une éternelle base,
Pour y fonder un bien non tributaire au sort,
La vie est un soupir, et la mort une extase.
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / fin juillet 2018

Le moderne :

Renée Solange Dayres, De la Pologne

Je suis un pauvre de Dieu
et mes mains nues
ont l’odeur de la terre
lire la suite du poème...

L’ancien :

Robert Desnos, Le zèbre

Le zèbre, cheval des ténèbres,
Lève le pied, ferme les yeux
Et fait résonner ses vertèbres
En hennissant d’un air joyeux.

Au clair soleil de Barbarie,
Il sort alors de l’écurie
Et va brouter dans la prairie
Les herbes de sorcellerie.

Mais la prison sur son pelage,
A laissé l’ombre du grillage.

Source

La trouvaille :

Henri-Frédéric Amiel, J’ai rêvé de toi

Depuis que je t’ai vue, ébloui par l’éclair,
Mon œil s’est voilé d'un mirage ;
Je regarde sans voir, ou je ne vois dans l’air
Flotter qu'une forme, ta douce image ;

Le jour, tout éveillé, je songe ; et, dans la nuit,
Comme un feu follet qui se lève,
Cette image, la tienne, apparaît, et me suit
Au plus profond de mon âme et de mon rêve.

Source

Le poème de la quinzaine / début juillet 2018

Le moderne :

Hervé Richard, Je n’écris pas pour vous

Je n’écris pas pour vous
Mais c’est l’enfant en moi
Qui me dicte des choses
Que je ne comprends pas

Je n‘écris pas pour vous
C’est la blessure en moi
Qui me fait dire des choses
Que je ne pense pas

Je n'écris pas pour vous
C’est la colère en moi
Qui me fait faire des choses
Que je ne voudrais pas

Les cris jadis perçus
Les coups jadis reçus
Tout se tient à distance
Comme entre vous et moi

Je n’écris pas pour vous
Je lui prête ma voix.
Source

L’ancien :

Blaise Cendrars, Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France

En ce temps-là j’étais en mon adolescence
J’avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance
J’étais à 16 000 lieues du lieu de ma naissance
J’étais à Moscou, dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Amélie Murat, Les ressuscités

Tertres hâtifs, marqués d’aventureux lambeaux,
Où deux brins de bois sec font une croix précaire ;
Cimetières des bourgs ravagés par la guerre,
Plus peuplés que les murs incertains des vivants
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / juin 2018

Le moderne :

Marina Poydenot, Luys i luso

Dernier soir de l'année.
Il y a de la neige dans l'air
mais au ciel, rien, juste une étoile
qui ne fond pas.
lire la suite du poème...

L’ancien :

Charles d'Orléans, Rondeau

Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye,
Et s’est vestu de brouderie,
De soleil luyant, cler et beau.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Jean Cayrol, Chanson de marche

L’épi mangé grain par grain
par le vent et par les chiens
le coeur pris de saint en saint
par le feu et dans le poing
lire la suite du poème...