Le poème de la quinzaine / février 2020

Le moderne :

Pierre Oster, La terre

La terre, les rochers... Les rochers, les maisons, la nuit même,
La nuit, la plaine et la mer fondent un savoir proche des murs.
Puis, là-bas, le soleil masque sa solitude avec la nudité des choses,
Brise le ciel des flaques, échafaude un bûcher sur un lac.
lire la suite du poème...

L’ancien :

Maurice de Guérin, Glaucus

Non, ce n’est plus assez de la roche lointaine
Où mes jours, consumés à contempler les mers,
Ont nourri dans mon sein un amour qui m’entraîne
À suivre aveuglément l’attrait des flots amers.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Valentine de Saint-Point, Triptyque de ma mort

Lorsque j’aurai cessé d’interroger en vain, —
Toujours, l’impénétrable et sinistre mystère,
Du chaos au néant, de la graine au levain,
Des hommes et des dieux, du soleil, de la terre
lire la suite du poème...

Le poème de la quinzaine / janvier 2020

Le moderne :

Mérédith Le Dez, Jardin d’hiver

Long novembre étendu sur nos terres d’asile : soleil en feu, azulejo du ciel, splendeur des pâtures au-delà du verger.
Sécheresse d’automne ne s’inclina jamais si tard...
lire la suite du poème...

L’ancien :

Jules Supervielle, Les amis inconnus

Il vous naît un poisson qui se met à tourner
Tout de suite au plus noir d’une lampe profonde,
Il vous naît une étoile au-dessus de la tête,
Elle voudrait chanter mais ne peut faire mieux
Que ses sœurs de la nuit les étoiles muettes.
lire la suite du poème...

La trouvaille :

Adolphe Retté, Sillage

Mes barques s’en vont, s’en vont sur la mer ―
Ô Notre-Dame de désespérances,
mère en sanglots, et l’âpre joie d’avoir tari tes maigres seins !
dresse-toi, dresse-toi sur les flots assassins
lire la suite du poème...